STUDIO D’ACTION THÉÂTRALE - info@studioactiontheatrale.ch / +41 22 731 72 27

SPECTACLE

Clytemnestre

Clytemnestre

Mars 2020, nous venons d’être confinés et d’une manière brutale toute notre activité artistique est mise en danger. Nous avons dû annuler notre tournée en Colombie où nous allions présenter dans plusieurs lieux quatre spectacles : « Tu n’obéiras point » d’après Antigone et une trilogie de Samuel Beckett composée de « Pas moi, Va et vient et Quad». Les actrices et acteurs avaient fait un travail colossal afin de connaître leurs textes en espagnol et ainsi  faciliter notre rencontre avec le public colombien.
Que faire alors ? … Une fois le choc passé, en commun accord avec deux des actrices collaboratrices du SAT et grâce au Galpon et ses espaces disponibles, nous avons décidé de continuer notre recherche sur les personnages féminins Clytemnestre et Cassandre, inspirés de la mythologie grecque. J’ai proposé à Justine Ruchat d’écrire un texte sur Cassandre. Nous avons ainsi fait un montage sous forme de monologue intitulé « Cassandre Hallucinée » et l’avons présenté au Galpon en septembre 2020. Pour Clytemnestre et en accord avec Clara Brancorsini, actrice qui collabore avec le SAT depuis 25 années, nous voulions travailler sur une écriture contemporaine pour aborder ce personnage magnifique. Nous avons donc pensé à l’écrivaine et essayiste québécoise, Catherine Mavrikakis avec qui nous avions déjà entamé une collaboration de manière distante, « détournée ». En effet, nous nous sommes inspirés de son roman « Fleur des Crachats » pour une partie de la composition des textes de notre spectacle sur Antigone. Nous l’avons contactée et elle nous a proposé en solidarité avec la situation que nous traversions, d’écrire et de nous offrir un monologue sur le personnage de Clytemnestre.
Maintenant dans le cadre des célébrations des 35 années de la compagnie et en faisant part des Olympiades théâtrales du SAT nous vous présentons notre travail de recherche sur le texte écrit par Catherine Mavrikakis

Pourquoi Clytemnestre ?
L’histoire de cette femme est bien connue, reine de Mycènes, épouse du roi Agamemnon et mère d’Iphigénie, Chrysothémis, Électre et Oreste.
Clytemnestre fait partie de ces femmes d’exception dont la mythologie raconte l’histoire. Elle est un personnage ambigu se tenant à la frontière des revendications féminines et masculines. Elle possède une force dont peu de femmes mythiques peuvent se targuer. Elle est à la fois une reine toute puissante, une épouse dévouée, une amante, une mère mais aussi une meurtrière.
Déjà à cette époque, elle donne l’image d’une femme indépendante. Elle supplante la misogynie et les traditions pour devenir une femme autre. Guidée par un destin qu’elle n’a pas choisi, reliée à de nombreux personnages mythologiques qui lui volent sa place en tant qu’héroïne d’une tragédie, elle tire son épingle du jeu pour obtenir ce qu’elle revendique : un trône, du respect, l’égalité entre elle et les hommes qu’elle côtoie.
Bref, quelle actrice dans sa vie professionnelle n’a pas rêvé d’être Clytemnestre. Un personnage tellement fort à incarner, à qui donner vie. Un personnage qui réunit en elle toutes nos pensées criminelles, nos envies inavouées. 

Donc « Clytemnestre » cristallise notre envie théâtrale de côtoyer un tel personnage et rend vivant un texte né dans un contexte inimaginable : le confinement de quatre milliards de personnes en 2020.

Le texte de Catherine Mavrikakis
Ce texte dans lequel l’ironie côtoie la gravité, nous parle d’une femme à plusieurs visages.
Par moment, il nous ramène à la chronique d’un fait divers : l’assassinat d’un mari par sa femme jalouse qui après cet homicide reste enfermée avec lui jusqu’à sa décomposition !
Pourquoi cette situation extrême ? L’autrice nous donne plusieurs pistes : Clytemnestre est partagée entre l’amour et en même temps la haine qu’elle ressent pour son mari. Ou tout simplement, elle veut continuer à vivre avec sa soif de vengeance.
Dans son texte, les fluides de la vie coulent comme celui du sang. Mais on y trouve aussi les thématiques de la création, la gestation, la réflexion sur la mort, le dégoût et la peur … Ce texte ne nous enferme pas dans un simple récit sur la mythologie grecque. Il est tantôt soliloque, tantôt le dialogue d’une femme qui accouche de la mort de son mari.
A la fin le personnage de Clytemnestre nous montre que le crime ne paye pas car au-delà̀ du meurtre, la douleur perdure. Au-delà̀ de la mort le cycle éternel de la passion humaine se perpétue. Clytemnestre sait que son cœur ne s’échappera jamais du cachot qu’elle a elle-même bâti avec les lambeaux de son amour perdu.

La mise en scène et l’art de parler.
La mise en scène se construit comme « un jeu de miroirs », miroirs qui reflètent la souffrance accumulée, la passion qui explose. Mais elle montre aussi dans une forme de mise en abime, le dévoilement des intentions et motivations du personnage vis-à-vis ses juges : le public.

Le spectacle est entièrement construit partant de l’action verbale, des mots, de la parole. L’actrice agit avec la parole. Elle s’empare du discours, du langage, afin de le transformer en une arme pour nous persuader avec ses imprécations, ses arguments. Une parole cherchant à nous faire voir non seulement les images qui traversent le personnage, mais aussi celles qui constituent l’imaginaire de l’actrice.

La mise en scène dévoile le processus, témoigne de la relation que l’actrice a avec Clytemnestre. …Clytemnestre est là … elle est passée à l’acte, elle a tué son époux Agamemnon, qui gît sur un lit cabossé … Deux récits se croisent, s’entremêlent. Un où elle parle avec la tête sanguinolente de son mari, l’autre où elle se défend et s’explique. C’est un personnage tantôt insensible et froid, tantôt prise par une passion dévorante.
Elle témoigne de cette souffrance humaine et particulièrement féminine, donnant la clef de son crime : elle aime Agamemnon et ne supporte pas qu’il ne la regarde plus et en aime une autre. Elle nous présente Agamemnon comme un homme quelconque alors qu’elle lui voue un véritable culte et va jusqu’à l’appeler « dieu ». Il semblerait même qu’elle n’a conçu ses enfants que pour lui. Le personnage de Clytemnestre se bat entre l’ennui et l’angoisse, entre la jalousie et la vengeance, entre la passion amoureuse et son envie de liberté.

En Conclusion
Ce travail sur Clytemnestre ne referme pas la boucle d’un travail sur la dramaturgie de la parole et sur le texte, bref sur la manière de parler sur scène, travail que nous avons commencé avec Clara Brancorsini en 2004 lors de la création de « Quartett » de Heiner Müller. Non, je dirais que c’est un pas de plus sur le cheminement de l’action verbale telle que nous la comprenons et la pratiquons dans notre travail théâtral. Cheminement qui passe par les travaux sur la langue de Heiner Müller et ses textes comme « Horace »  et  « L’Ange Malchanceux » , mais aussi ceux de Valère Novarina avec le « Repas »  et  « l’Origine rouge » ou   la  « Jocaste »  de Michelle Fabien pour arriver enfin aux monologues de Samuel Beckett : « Pas Moi »  et « Berceuse » .
En ces temps où le mot « Recherche » est dans la bouche de plusieurs institutions, notre recherche à nous est de poursuivre avec ce projet une démarche de longue haleine sur l’action vocale et la manière d’aborder un texte contemporain. Un travail qui nous tient à cœur et que nous nous réjouissions de partager avec notre public

comments powered by Disqus
Alt de Cabezal 1
Alt de Imagen 1
Clytemnestre

Clytemnestre notre premier spectacle des Olympiades

Alt de Cabezal 2
Alt de Imagen 2
Les Olympiades théâtrales du SAT

Afin de célébrer les 35 années de la compagnie nous présenterons nos six  derniers spectacles.

Alt de Cabezal 3
Alt de Imagen 3
Gabriel Alvarez

Notre pratique théâtrale n’existe pas seulement dans l’immédiateté de la consommation, mais aussi et surtout dans un processus ...

Alt de Cabezal 4
Alt de Imagen 4
Galpon saison 20-21

 Entre Zénith et Nadir

Tel: +41 ( 0 ) 227317227 fax: +41 ( 0 ) 227317227 info@studioactiontheatrale.ch / copyright notice copyright held by Gabriel Alvarez.

designed by drh-design / web brighton