STUDIO D’ACTION THÉÂTRALE - info@studioactiontheatrale.ch / +41 22 731 72 27

SPECTACLE

Serons-nous payées pour être Absentes ?

Serons-nous payées pour être Absentes ? !

Nous pouvons trouver du positif dans ces temps de confinement et surtout dans les lendemains qui viennent.  Il y a une occasion à saisir afin de devenir absents !
Être absent veut dire s’échapper à l’offre de la société de consommation, échapper au flux de la communication et surtout suspendre à l’intérieur de nous-mêmes l’inertie, la répétition mécanique de nos comportements. Par exemple, les fameuses mesures d’hygiène, tellement prônées maintenant et importantes à suivre, nous invitent à redoubler en nous-mêmes une attention sensible de notre gestuelle corporelle. Ou le fait de nous mettre en « veuille » chose qui signifie de développer un état d’alerte afin de faire l’espace où s’alternent : l’attente et la surprise, la curiosité et l’enchantement vis-à-vis les moindres détails de notre existence. Il s’agit donc de sortir de la mise en spectacle de nous-mêmes.

Pendant l’exercice de mon travail théâtral, étant donné ma fonction dans les répétitions, je suis devenu un « spectateur-protagoniste ». Je regarde pendant des heures, des jours et des mois mes collègues acteurs/actrices travailler, en me donnant la possibilité (et soit l’occasion de leur remercier) à m’en sortir de ce « regard de comparse » dans laquelle la société de consommation nous met.
Bien sûr, il y a d’autres activités en dehors du théâtre où nous pouvons nous débarrasser de ce type de regard et de sensibilité. Une promenade peut conduire notre perception devant un paysage ou devant toutes ces formes sensibles, que nous appelons les arts, et nous mettre en situation de récupérer l’ingénuité de notre regard et la restauration d’une perception « spéciale » de l’objet ou de l’événement qui s’offre à nous.
Tout ceci est possible puisque nous créons les conditions afin que les évènements, le travail que nous réalisons, ne s’imposent pas comme des produits à vendre, mais comme un processus. C’est-à-dire que ce que nous faisons n’existe pas dans l’immédiateté de la consommation, mais dans un processus qui s’ouvre à une relation avec l’autre.

Alors, dans ces temps incertains de fermeture des lieux publics, des théâtres, nous ne devons pas oublier que si bien la relation entre l’acteur et le spectateur est essentielle, il y a une autre à développer, celle entre les différents éléments de l’acte théâtral, entre les acteurs, le metteur en scène, l’auteur… etc. Une relation qui a besoin du temps et de l’espace avant qui éclore l’acte créatif. Il faut donc s’absenter afin de prendre plus du temps pour le processus de la création, s’absenter avant d’entrer dans le vortex de l’offre et la demande de nos spectacles.
Pourront comprendre ceci les producteurs et les bailleurs des fonds ? Payeront-ils afin que nous puissions revendiquer, au moins pendant la période que les théâtres seront fermés, à notre besoin de devenir absent ? Et surtout seront, et voudront, les artistes à devenir absents ?

comments powered by Disqus
Alt de Cabezal 1
Alt de Imagen 1
Cassandre hallucinée

Cassandre l'hallucinée ou le confinement d'une femme dans la verité que personne n'entend pas.

Alt de Cabezal 2
Alt de Imagen 2
Les Bacchantes

« La plus vieille et la plus violente émotion de l’humanité est la peur.
Et la peur la plus vieille et la plus violente est celle de l’inconnu ». H.

Alt de Cabezal 3
Alt de Imagen 3
Gabriel Alvarez

Notre pratique théâtrale n’existe pas seulement dans l’immédiateté de la consommation, mais aussi et surtout dans un processus ...

Alt de Cabezal 4
Alt de Imagen 4
Galpon saison 19-20

 Nous Sommes une Anomalie Sauvage

Tel: +41 ( 0 ) 227317227 fax: +41 ( 0 ) 227317227 info@studioactiontheatrale.ch / copyright notice copyright held by Gabriel Alvarez.

designed by drh-design / web brighton